Fauguerolles

  • Fauguerolles
  • Fauguerolles
  • Fauguerolles
  • Fauguerolles
  • Fauguerolles
  • Fauguerolles

Accueil du site > Fauguerolles au fil du temps > L’abbé Mahon

L’abbé Mahon

Les derniers Fauguerollais à avoir connu l’abbé Mahon sont aujourd’hui quinquagénaires. Mais cet Irlandais truculent et très attaché à ses paroissiens a suffisamment marqué l’histoire du village en presque trente ans pour qu’une impasse porte son nom avant même que les rues du village soient baptisées.

Patrick Mahon est devenu le prêtre de Fauguerolles en septembre 46. Victime d’un infarctus pendant ses vacances d’été en Irlande en 1975, il a espéré pouvoir revenir, comme en témoigne l’émouvante lettre que nous reproduisons ci-dessous, mais sa santé a continué à se dégrader et il est décédé le 27 octobre de cette même année.

Merci à Madame Quillateau d’avoir partagé ces souvenirs avec la commune.

L'abbé Mahon à l'époque de sa nomination à Fauguerolles
L’abbé Mahon à sa nomination à Fauguerolles

Souvenir de l'abbé Mahon
Souvenir de l’abbé Mahon

Lettre testament de l’abbé Mahon à ses paroissiens de Fauguerolles :

Permettez-moi de m’adresser en ces termes pour la dernière fois.
Comme vous le savez tous sans doute, j’ai été victime d’un grave accident de la santé le dimanche 31 août, pendant mon congé en Irlande. Ce jour-là, sans que rien ne le laissait prévoir, j’ai fait un infarctus du myocarde. Transporté d’urgence à l’hôpital de Tullamore, sous un masque d’oxygène, car j’éprouvais de très grosses difficultés pour respirer, on m’a gardé dans la salle de réanimation ce soir-là.
Le lendemain ce fut la catastrophe – sous forme de congestion cérébrale – et qui me laissait paralysé du côté droit. Si j’ai récupéré la fonction de la main droite assez rapidement, il n’en est pas de même de la jambe et du pied droit : mais Dieu soit loué, je peux me déplacer à l’aide d’une béquille et je ne désespère pas revenir en France au printemps prochain.
Tout ceci venant de si près après mon opération à la Fondation Bergonié et mon long séjour de convalescence à l’hôpital de Marmande, me laisse supposer qu’une période assez longue de repos s’impose à moi dans les circonstances actuelles. C’est pourquoi, après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de remettre ma démission comme curé des paroisses de Fauguerolles et de Taillebourg entre les mains de Monseigneur l’Evêque ; car j’estime que dans l’état actuel de ma santé, gravement ébranlée, je ne saurais vous rendre les mêmes services comme par le passé – les services que vous seriez en droit d’attendre de votre curé.
Cette démission a été acceptée par l’autorité épiscopale, qui en dépit du manque de prêtres dans notre diocèse a déjà désigné mon successeur. Ce successeur n’est autre que Mr l’Abbé Eamon Kirrane, actuellement curé de St Antoine de Ficalba. M. l’Abbé Kirrane est un ami de vieille date et si je devais désigner quelqu’un pour me succéder c’est sur lui que j’aurais arrêté mon choix. C’est pourquoi je vous demanderais de l’agréer avec la même bonté que vous m’avez toujours témoignée.
En cette période où les prêtres se font rares je fais appel aux personnes dévouées, aux laïques, de leur venir en aide et de s’offrir à leurs curés pour effectuer quelque service comme l’enseignement religieux des enfants, l’entretien de la maison de Dieu, etc.
Il ne me reste plus qu’à vous remercier de votre gentillesse à mon égard depuis 29 ans que j’ai passés au milieu de vous. Je n’ai jamais fait appel à votre générosité en vain et j’espère qu’il en sera ainsi aussi avec mon successeur. Je remercie en particulier les familles qui m’ont si aimablement accueilli à leur table ces dernières années – depuis que je suis sans servante. Je remercie également les autorités municipales avec lesquelles j’entretenais des rapports très cordiaux. Je remercie aussi mes confrères et voisins, les Abbés Madden, Caïs et Bonenkamp : surtout ce dernier qui m’a rendu maint et maint service dans le passé et qu’une longue amitié, qui nous lie depuis plus de 30 ans, n’a jamais été troublée.
Finalement, mes Frères, je vous exprime à tous ma profonde gratitude pour votre générosité, votre aimabilité et votre hospitalité à mon égard qui n’ont jamais été démenties depuis plus d’un quart de siècle.
Au revoir, chers amis, au revoir, car je ne désespère pas vous revoir au printemps prochain, si le Seigneur me prête vie, car nous sommes tous entre ses mains. Ici on a enterré aujourd’hui le Père O’Mahony, vicaire de la paroisse, décédé subitement mardi dernier 21 octobre : il m’avait rendu visite la semaine dernière et m’avais proposé le sacrement des malades, car ce jour-là je ne me sentais pas bien, ayant de nouveau des difficultés pour respirer. Bien qu’ayant reçu ce sacrement à mon arrivée à l’hôpital, je ne l’ai pas refusé.
Je prie et j’offre mes souffrances pour vous tous, pour vos familles et pour tous ceux que vous aimez. Que les familles qui m’ont demandé une messe mensuelle se tranquillisent : celle-ci sera dite avant la fin de l’année. Je ne dis pas à la date indiquée, car mon calendrier a été sévèrement bousculé cette année. Pour l’année prochaine, adressez-vous à mon successeur.
Aujourd’hui, ayons une pensée pieuse pour nos morts. Ils sont auprès du Seigneur dans un monde de béatitude : c’est là que le Seigneur nous attend tous, car il nous invite tous à sa table et s’il ne nous est pas donné de nous revoir dans ce monde, du moins nous reverrons-nous, après les souffrances de cette vie, dans un monde de bonheur parfait. Que ce soit là le mot de la fin : que ce soit notre ultime espérance.
P.S. : à lire en la fête de la Toussaint, à la cérémonie de bénédiction des tombes, ou à l’occasion d’une cérémonie quelconque à ton choix.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF